LA FRANCE VUE D'ICI :
UN PROJET ARTISTIQUE CULTUREL,
SOCIAL ET CITOYEN

 

QUI SOMMES-NOUS ET À QUI S’ADRESSE LE PROJET ?
D’un projet virtuel à une diffusion rayonnant sur tout le territoire français…
LA FRANCE VUE D’ICI est un projet porté par le rendez-vous photographique ImageSingulières et le journal en ligne Mediapart. Ensemble nous défendons la photographie documentaire et son rôle dans la société. Nous avons souhaité mutualiser nos compétences pour répondre à un besoin d’intérêt général de témoigner sur la société française d’aujourd’hui. Ce projet répond aussi à notre souhait de nous engager dans un projet artistique et citoyen.

Nous réunissons autour de ce projet collaboratif des photographes, des journalistes, des spécialistes au sein d’un comité de sélection pluridisciplinaire et des internautes qui participent au projet par le crowd-sourcing et le crowd-funding.

Pour une diffusion du projet au plus près des habitants, nous appellerons des partenaires divers : spécialistes, collectivités, établissements éducatifs, tissu associatif national et local, ainsi que les institutions représentant la France à l’étranger à nous rejoindre.

LA FRANCE VUE D’ICI s’adresse à un public large de spécialistes (photographes, journalistes, enseignants, chercheurs, artistes…), de jeunes (scolaires et universitaires) et de citoyens (internautes et habitants des territoires qui seront parcourus par ce projet).
 
QUE PROPOSONS-NOUS ?
Plus qu’un projet, une expérience de démocratie contributive et un concept durable….

LA FRANCE VUE D'ICI est un projet INNOVANT, AMBITIEUX et ENGAGÉ qui vise à créer, diffuser et pérenniser un corpus photographique sur la France, les femmes et les hommes qui l’habitent entre 2014 et 2017.

Innovant car il s’appuie sur de nouvelles sources d’information et de nouveaux rapports entre les photoreporters et le public. Il offre en outre aux photographes de nouveaux moyens de création et une meilleure proximité avec les populations par l’utilisation des réseaux sociaux et d’Internet. Dans sa conception, sa mise en oeuvre et sa diffusion collaborative et participative, il propose un pas de côté et une vision alternative aux projets culturels actuels.

Ambitieux car il répond à un besoin d’intérêt général de documenter la population française sur les réalités sociales du pays, des plus connues aux plus invisibles et de transmettre et témoigner auprès des populations.

Engagé car il vise à soutenir les jeunes photographes et à les replacer au coeur de la société ; il défend la culture pour tous et permet de sensibiliser la population aux bouleversements traversés par la société française, pour une prise en considération et un meilleur vivre ensemble.
 
COMMENT ET QUAND SE DÉROULE LE PROJET ?
1 Création d’un corpus documentaire collaboratif et participatif « in progress » entre 2014 et 2017, grâce à la sélection d’une trentaine de photographes et l’aide à la réalisation d’une cinquantaine de projets photographiques offrant une vision et une analyse non exhaustive de notre pays. Ces projets couvrent les territoires de la France et des sujets variés et complémentaires sur notre société.

2 Diffusion et transmission du corpus au plus près des populations à partir de septembre 2016, grâce à un module pédagogique expérimental, un événement national symbolique en mars 2017, point de départ d’ une exposition itinérante à partir d’avril 2017, en France et à l’étranger. Il s’agit de partager le plus largement ce corpus et de l’utiliser pour susciter échanges et réflexions dans un esprit citoyen.

3 Pérennisation de l’expérience après 2017, par l’édition d’un livre, l’intégration du volet pédagogique dans les ouvrages scolaires et le développement du concept « LA FRANCE VUE D’ICI». L’impact de LA FRANCE VUE D’ICI pourra être évalué au fil du projet par la fréquentation du site www.lafrancevuedici.fr, le suivi des événements en 2017 et l’utilisation de l’outil pédagogique dans les établissements scolaires.
 
UN SITE POUR LES PHOTOGRAPHES


24 photographes ont été sélectionnés lors de 4 appels à candidatures s'échelonnant d'octobre 2014 à avril 2016. Ces photographes ont été choisis par un commission de sélection.
Elle est composée de :

- Laurent Davezies, professeur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), titulaire de la chaire « économie et développement des territoires », et professeur à Sciences-Po. Auteur de La Crise qui vient (de Seuil 2012).
- Ghislaine Tormos, ancienne coordonnatrice sur une ligne de montage à l’usine automobile PSA d’Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis et auteur Du Salaire de la vie (ed. Don Quichotte, 2012).
- Pierre Schoeller, réalisateur de Exercice de l’Etat (2011), Les Anonymes - Ùn’ pienghjite micca, mais aussi de Zéro Défaut en 2003 sur la vie de trois ouvriers de l’automobile.
- Mohamed Mechmache, fondateur en 2005 d’ACLEFEU et co-auteur (avec Marie-Hélène Bacqué) d’un rapport sur la citoyenneté et le pouvoir d’agir dans les quartiers populaires rapport qu’ils ont intitulé "Pour une réforme radicale de la politique de la ville, Ça ne se fera pas sans nous" et remis au ministre de la ville en juillet 2013.
- Julie Corteville, conservatrice en chef du Musée Français de la Photographie, à Bièvres.
- Pierre Barbot, responsable de la 3e année de spécialisation "Photographe professionnel" de l'ETPA, l'école de photographie de Toulouse. - Valérie Laquittant et Gilles Favier, fondateurs du rendez-vous photographique ImageSingulières à Sète, directeurs de l’association CéTàVOIR.
- François Bonnet rédacteur en chef' et Sophie Dufau, rédactrice en chef adjointe de Mediapart.


Les quatre premiers photographes de ce projet ont été choisis par ImageSingulières : il s'agit de Yohanne Lamoulère, Jacob Chetrit, Vladimir Vasilev et Pablo Baquedano.
En novembre 2014, 5 nouveaux photographes ont intégré le projet, parmi près de 300 candidatures : Marion Pedenon, Jean-Robert Dantou, Raphaël Helle, Nadège Abadie et le binôme Stéphane Lavoué et la journaliste Catherine Le Gall.
En juin 2015 ce sont 8 photographes qui nous ont rejoints parmi 150 candidatures : Géraldine Millo, Nanda Gonzague, Romain Philippon et François Gaertner, Frédéric Stucin, Hervé Baudat, Patrice Terraz, Joseph Gobin et Flavio Tarquinio.
En décembre 2015, 7 nouveaux photographes ont rejoint le projet : Paul Arnaud, Alexa Brunet, Bertrand Gaudillère et la journaliste Catherine Monnet, Hervé Lequeux, Florence Levillain, Alexandra Pouzet, Anne Rearick.

En avril 2016 s'est déroulée la dernière campagne d'appel à candidature, à l'issue de laquelle 2 photographes ont intégré le projet, à savoir Mathieu Farcy et Loic Bonnaure.

 
LES PORTEURS DU PROJET

ImageSingulières est né d’un constat. Le manque de représentation de la photographie de style documentaire dans les événements dédiés à la photographie sur le territoire français. Le festival s’engage chaque année à faire découvrir au plus grand nombre des photographes, des travaux photographiques pas, ou peu, montrés encore en France. Le festival a été créé en 2009 à Sète par l’association CéTàVOIR, dirigée par Valérie Laquittant, et par Gilles Favier qui en assure la direction artistique. Gilles Favier, photographe, auteur et documentariste, a toujours eu à cœur de défendre le rôle social de la photographie, mais aussi de remettre au cœur de l’économie, le photographe, qui trop souvent se retrouve exclu du système économique de l’image, alors qu’il en est le créateur.

Mediapart : Depuis sa création en 2008, Mediapart défend le photojournalisme en publiant chaque semaine un portfolio d'une quinzaine de photos grand format. Signées et légendées par leurs auteurs, elles racontent une histoire, une situation, un récit. À rebours des diaporama de “photos qui font le buzz ”, les portfolios de Mediapart entendent redonner aux photoreporters leur place essentielle dans l'offre d'information, comme « une autre façon de dire le réel, de le réfléchir, de le révéler et de le dévoiler » écrivait Edwy Plenel dès 2008.